Cine Solothurner Filmtage

CINE Solothurner Filmtage 2018

18cine soleura250x141| CINE  SUIZO |

La ed. 53 de las Jornadas de Soleura (25.01.–01.02.2018)

— 25.01., a 01.02.2018, Solothurn / Soleure / Soleura 

Arquitectura y cine

• Uno de los grandes nombres del cine suizo, sobre todo documental, Christoph Schaub (Zúrich 1958)  tendrá una sección retrospectiva dedicada a su obra «Rencontre». Schaub ha hecho el retrato de arquitectos famosos como Peter Zumthor, Gion A. Caminada, Santiago Calatrava y Herzog & De Meuron.

Jurado y Premios

Jurado. El Premio de Soleura, de un valor de CHF 60.000.–, se otorgará por décima vez en la 53ª edición de las Jornadas de Soleursa. Recompensará una película que combine una base artística con una dimensión humanista. Si las nominaciones no se decidirán en el corto plazo, ahora ya se conoce la composición del jurado. Tan multidisciplinar y exigente que en el pasado, que tiene junto al ganador del Oscar Xavier Koller ( "Reise der Hoffnung", "Schellen-Ursli"), a la escritora de lengua francesa Pascale Kramer y a la estudiante de historia Flaiva Kleiner. La ginebrina Pascale Kramer (*1961), parisina de adopción, ha explorado en sus obras "Les vivants", «L’implacable brutalité du réveil» ou «Autopsie d’un père», la relación de sangre en la que las tensiones políticas, los derechos sociales y humanos se reflejan. Flavia Kleiner (*1990) se dio a conocer en todo Suiza como co-fundadora y co-presidenta del movimiento político "Operación Libero", que lucha desde 2014 en contra de la implementación de la iniciativa SVP.

Cineasta de origen español y migrante abre el Festival: Fernand Melgar

• Será Fernand Melgar (de origen español), director de «La forteresse» (2008) y «Vol spécial» (2011), será quien abra el Festival de Soleura. Sus dos documentales sobre el asilo en Suiza han sido internacionalmente conocidos y comentados.

→ F. Melgar, documentalista suizo, hijo de inmigrante español, muestra una de las duras caras de la migración en Suiza, por Luis Vélez Serrano. VER ...

 

Tecnología - ¿Recuerda la cámara suiza BOLEX?

• Desde el punto de vista técnico, ¿quién no recuerda la cámara suiza BOLEX? En Historia del Cine suizo, habrá verdaderas joyas a redescubrir.

 

El amor ciego (Pablo Martín Torrado, España, 2017, corto 4')

26.01.2018. Capitol 

Él camina en una dirección, ella en la dirección opuesta y chocan. De esta colisión, el amor estalla. La primera cita, la noche en el cine, el picnic. De repente, ella se deshace de su máscara y aparece ... el amor ciego.
Pablo Martín Torrado. Nacido en 1973 en Madrid. 1997 Licenciado en Filología Inglesa en la Universidad de Granada. 2002 curso de cine y video y edición en IDEP (Instituto Superior de Diseño), Barcelona. Cofundador del colectivo Olpama en Ginebra. Especialista del escenario y la dirección del actor.

Filmografía. 2003 Televisión es nutrición (cortometraje) / Catorce (experimental film) / Serafin (cortometraje) / 2004 Mecachis (experimental film) / 2005 Síndrome (cortometraje) / 2006 Realismos / 2007 El Barco (co-director) / Arrendador (cortometraje) / 2010 Lo más importante de la vida es no haber muerto (co-director) / 2012 Lomo / 2016 Don't Call the World Dirty Because You Forgot to Clean Your Glasses (co-director) / 2017 El amor ciego (cortometraje). 

 

Die Reisen des Santiago Calatrava

Christoph Schaub | 2000 | Rencontre | Doc 77' | Orig
27.01.2018, 14h45, Palace — Et «Il Girasole».

Un film sur et avec Santiago Calatrava, architecte bien connu, dont les constructions, réparties dans le monde entier, sont aussi populaires que controversées. Ce qui le distingue d'autres stars de l'architecture, c'est son double don: il est à la fois architecte et ingénieur civil. Le film suit Calatrava sur ses chantiers, dans son quotidien fébrile, lors de ses moments de calme, en route, lorsqu'il dessine. Le voyage mène à ses réalisations: gares, ponts, salles de concerts, aéroports, tours. Une rencontre avec des formes extraordinaires: des constructions conçues comme des sculptures, des équilibres dynamiques, des mouvements figés.

Christoph Schaub. Voir ci-bas. (Brasilia ...)
Filmographie. Voir ci-bas. (Brasilia ....)

 

Rudolf Häsler – Odisea de una vida

Enrique Ros | 2018 | PdP | Doc 85' | Orig
28.01.2018, 11h15, Konzertsaal || 31.01.2018, 17h30, Reithalle

Le peintre Rudolf Häsler, d’Interlaken, était un globe-trotter qui est toujours resté très attaché à son pays et à la ville de Soleure. Il a vécu en direct la révolution cubaine et a siégé dans le premier cabinet de Fidel Castro, où il était le deuxième étranger dans la hiérarchie après Che Guevara. Il a vécu par la suite et jusqu’à sa mort en Espagne, où il est considéré comme le précurseur du Nouveau Réalisme et a été reconnu et apprécié. Ce ne fut pas le cas en Suisse. Pendant le tournage, un marchand d’art découvre l’œuvre de Hasler et essaie de lui donner sa juste place dans le milieu artistique.
Le film fait apparaître progressivement le portrait d’une personnalité aussi entêtée que fascinante. Il remet dans la mémoire collective un Suisse totalement atypique, injustement oublié.

Enrique Ros. Geboren 1955 in Bern. Akademische Ausbildung in der Schweiz, in Frankreich und Spanien. Filmausbildung in Spanien (Escuela de cinematografia y del audiovisual de Madrid und Instituto del cine de Madrid).

Filmographie. 2006 La Mallorquina / 2010 Meisterträume – Eine Berner Fussballgeschichte / 2011 El encuentro – Ein Film für Bandoneón und Cello / 2014 Mitten ins Land (all as co-director) / 2018 Rudolf Häsler – Odisea de una vida (all documentaries)

 

Favela Olímpica (tema Brasil)

Samuel Chalard | 2017 | Pan Doc | Doc 93' | Orig
28.01.2018, 12h15, Capitol || 31.01.2018, 12h00, Palace

Les Jeux olympiques d’été approchent. On construit des hébergements de luxe, des halles sportives, des stades d’athlétisme. Il faut que tout soit parfait pour briller devant les télévisions du monde entier. Si la construction avance à grands pas, c’est la destruction qui pose problème. À quelques mètres seulement de l’enceinte du Parc olympique demeure une zone sensible, un espace habité qui fait tache sur la carte postale brésilienne. Il s’agit de la favela de Vila Autódromo. La mairie de Rio met tout en œuvre pour prendre possession des lieux. Elle fait pression quotidiennement sur les habitants de la communauté, leur offrant des indemnisations ou des possibilités de relogement. Plus que deux ans avant que la torche ne s’enflamme.

Samuel Chalard. Né en 1973 à Lausanne. Formation de réalisateur en audiovisuel à l'ECAL/DAVI (Département d'Audiovisuel de l'École Cantonale d'Art de Lausanne, Bussigny). Depuis 2000 réalisateur indépendant.

Filmographie. 1997 Luchando Frijoles (co-director) / 2002 Bamako is a Miracle / 2003 Regards d'enfants / 2007 Amateurs (all TV documentaries) / 2009 Le prince du Japon (short film) / 2017 Favela Olímpica (documentary).

 

I am Not Your Negro (Haití, production Suisse)

Raoul Peck | 2016 | Pan Doc | Doc 93' | En
29.01.2018, 21h, Konzertsaal

L’écrivain américain James Baldwin s’est efforcé de repenser la notion de race aux États-Unis à travers son histoire et l’assassinat de trois de ses amis: Martin Luther King Jr., Medgar Evers et Malcolm X. Le film est une méditation sur la représentation de l’identité afro-américaine, une invitation à remettre en question les fondements mêmes de ce que représente l’Amérique. Des images d’archives, mêlées aux mots de l’écrivain, nous permettent de mieux saisir une problématique qui dépasse la question de la race et englobe une véritable problématique sociétale.

Raoul Peck, Né en 1953 à Port-au-Prince, Haïti. 1980-85 travaille en tant que journaliste et photographe. Après plusieurs longs séjours au Zaïre, en France et aux Etats-Unis , termine ses études 1988 à la dffb (Deutsche Film- und Fernsehakademie Berlin). Il est egalement ingénieur économique, journaliste et photographe diplômé.

Filmographie. Among others: 1987 Haitian Corner (feature) / 1990 Lumumba: La mort du prophète (documentary) / 1993 L'homme sur les quais (feature) / 2005 Sometimes in April (TV feature) / 2013 Fatal Assistance (documentary) / 2014 Meurtre à Pacot (feature) / 2016 I am Not Your Negro (documentary).

 

Brasilia – Eine Utopie der Moderne

Christoph Schaub | 2007 | Rencontre | Doc 26' | Orig

31.01.2018, 17h30, Palace

Le film brosse le portrait architectural de Brasilia. Le spectateur découvre la ville telle qu'elle a été conçue du point de vue urbanistique et construite dans un langage architectural logique et moderne. Dans l'histoire de l'architecture, Brasilia est un cas unique. C'est une ville pour un demi-million d'habitants, tout droit surgie des plans d'un architecte. Par son regard précis jeté sur les différentes constructions et sa description serrée d'une atmosphère, le film donne au spectateur le plaisir de prendre le pouls de la ville.

Christoph Schaub. Geboren 1958 in Zürich. 1982-91 Videoladen Zürich. 1988 Mitbegründer der Dschoint Ventschr Filmproduktion, Rücktritt 1994. 1991 Mitbegründer des Kinos Morgental. 1996-2004 freiberufliche Lehrtätigkeit im Studienbereich Film/Video an der ZHdK (Zürcher Hochschule der Künste) und F+F Zürich. 1998 Mitinitiant des Kinos Riffraff in Zürich und 2005 des Kinos Bourbaki in Luzern.

Filmographie. 1981 Keine Zeiten sich auszuruhn / Schwimmdemo / 1982 Nachwuchs – Zürcher Teddyszene / 1984 1 Lovesong (all as co-director, all documentaries) / 1987 Wendel (short film) / 1989 Dreissig Jahre / 1992 Am Ende der Nacht (both features) / 1995 Rendez-vous im Zoo / Il Girasole – Una casa vicino a Verona (co-director, both documentaries) / 1996 Lieu, funcziun e furma / 1997 Cotgla alva – Weisse Kohle (both TV documentaries) / 1998 Blind Date – Einfach so (short film) / 1999 Il project Vrin / 2000 Die Reisen des Santiago Calatrava (both documentaries) / 2001 Stille Liebe (feature) / 2002 Der zweite Horizont (documentary) / 2004 Sternenberg / 2005 Jeune homme (both features) / 2007 Brasilia – Eine Utopie der Moderne (documentary) / 2008 Happy New Year (feature) / Bird's Nest – Herzog & de Meuron in China (co-director, documentary) / 2009 Giulias Verschwinden / 2012 Nachtlärm (both features) / 2013 Millions Can Walk (co-director, documentary)

 




 

 

| Solothurner filmtage