Cine Zurich Film Festival

ZFF 2018 Sur «Miguel», par M. Tuil

|  ZFF 2018 | ISRAEL-GUATEMALA |

Contre les idées reçues

Sur «Miguel», de Daphna Levin, Tom Salama, Israel/Guatemala, 2018, par Michaël Tuil de ©PuntoLatino

 

miguel521

 

Basée sur une histoire vraie, Miguel est une mini-série racontant la vie de Tom, un jeune Israélien de 23 ans qui parcourt le Guatemala à la recherche de l’enfant qu’il veut adopter. Devenir papa et son rêve d’enfance. Une histoire comme il y en a beaucoup ; oui mais voilà, Tom est gai, travaille dans la mode, est maniéré et coquet, et habitué à vivre dans une société ouverte et à être accepté tel qu’il est.

Quand il rencontre Miguel, orphelin de 5 ans, son rêve tourne au cauchemar quand l’enfant refuse de venir avec Tom et demande à rester à l’orphelinat. Car Tom, avec ses cheveux blond oxygéné et son teint blanc ressemble au sorcier blanc qui vient prendre les méchants enfants dans les légendes Mayas. Tom se voit donc face à face à un enfant têtu et attachant, qui l’oblige à confronter ses démons et à se replonger dans son enfance. « Je sais ce dont un enfant a besoin, car j’ai grandi sans avoir cela », répond-il à la gouvernante de l’orphelinat quand celle-ci lui demande si il est prêt à être père.

16 ans plus tard, quand Miguel débarque au Guatemala à la recherche de ses racines, Tom fera tout pour l’empêcher de trouver le secret enfoui depuis lors.

Le créateur Tom Salama raconte dans Miguel son histoire personnelle. Il a choisi de filmer au Guatemala, le pays d’où vient son fils adoptif. Il explique dans un entretien au journal DQ que la décision de tourner au Guatemala a amené beaucoup de défis car il n’y avait aucune infrastructure, mais que cela a amené un degré de réalisme et d’authenticité impossible à reproduire ailleurs. L’atmosphère dans les rues guatémaltèques, le soleil, les couleurs dans le marché, la barrière des langues entre Tom et Miguel, tout cela apporte à l’intrigue et permet au spectateur de s’imaginer dans la peau de Tom.

Le courage de Tom et l’amour inconditionnel qu’il offre à Miguel, en dépit des différences, sont de beaux messages d’espoir à une époque où les libertés et l’acceptation des minorités est remise en question par certains dirigeants populistes.

Miguel a été montré en première mondiale au tout nouveau festival Canneseries en avril 2018, festival lancé par Canal Plus pour détecter et mettre en lumière les meilleures créations dans le domaine des séries, étant donné que le festival officiel du film de Cannes a refusé de les inclure (cf article de PuntoLatino sur Aquí en la tierra).

 

Ficha técnica:

«Miguel», Daphna Levin, 2018, Israel-Guatemala
43 min
Movie Plus Production
hebreo, inglés, español